Hanoï la ville en deçà du fleuve…

[vc_row type= »in_container » full_screen_row_position= »middle » scene_position= »center » text_color= »dark » text_align= »left » overlay_strength= »0.3″][vc_column column_padding= »no-extra-padding » column_padding_position= »all » background_color_opacity= »1″ background_hover_color_opacity= »1″ column_shadow= »none » width= »1/1″ tablet_text_alignment= »default » phone_text_alignment= »default » column_border_width= »none » column_border_style= »solid »]

C’est à regret que je m’éloigne des montagnes du nord, région oubliée du reste du monde, où la nature est luxuriante. Ici, pas de grandes villes, nulle pression commerciale. L’atmosphère est calme et sereine, les populations qui peuplent ces régions sont fières de maintenir leurs traditions ancestrales. Les Xin Chao (bonjour) lancés par les enfants vont me manquer, les regards ébaudis à la vue d’une blonde aux yeux verts et qui plus est a la peau blanche également. Je me prépare psychologiquement,  j’arrive à Hanoi la transition risque d’être difficile.

C’est sans conteste son interminable flux de motos, scooters, vélos qui m’a interpellée en premier, mais très vite les effluves émanant des étals des herboristes et des cuisines de rue m’ont enivrée. Impossible alors de résister à l’envie de m’asseoir à l’ombre des goyaviers sur l’un de ces minuscules tabourets en plastique afin de déguster un « pho » soupe de nouille et lamelle de bœuf avant de prendre un pousse – pousse et partir à la recherche de la rue de la soie Hang Dào de celle du sucre Hong Du’o’ng ou de celle des objets votifs en papier Hong Ma dans le quartier des 36 corporations.

Je m’offre à présent un moment de détente dans un salon de massage traditionnel. Après m’être  plongée dans un bain parfumé aux herbes, me voilà allongée pour recevoir un massage. La masseuse est positionnée derrière moi, elle commence par me masser le crâne, le front, les paupières, les points sur lesquels elle exerce les pressions ne sont pas choisis par hasard. Bras ,mains, doigts, jambes, pieds, orteils…aucune partie de mon corps ne sera oubliée. Avec toute son expérience elle insistera davantage sur certaines zones notamment mon dos, au point de faire rouler quelques larmes sur mes joues. C’est par les gestes et le sourire qu’elle me fera comprendre qu’elle n’ a pas voulu me faire de mal, mais elle vient de me libérer… C’est très émue mais soulagée que je ressors de ce salon.

Je regagne à présent la ville, où je vais prendre quelques clichés de la célèbre voie ferrée qui traverse la vieille ville. Celle qui passe au milieu des rues du vieil Hanoi alors que les habitants restent imperturbables au passage des trains.

Ensuite il sera temps pour moi de rejoindre mon hôtel pour un peu de repos je me lèverai tôt demain pour me rendre a la baie d’Halong.

À très vite…

[/vc_column][/vc_row][vc_row type= »in_container » full_screen_row_position= »middle » scene_position= »center » text_color= »dark » text_align= »left » overlay_strength= »0.3″][vc_column column_padding= »no-extra-padding » column_padding_position= »all » background_color_opacity= »1″ background_hover_color_opacity= »1″ column_shadow= »none » width= »1/1″ tablet_text_alignment= »default » phone_text_alignment= »default » column_border_width= »none » column_border_style= »solid »][/vc_column][/vc_row]

11 comments on “Hanoï la ville en deçà du fleuve…

  1. Merci Peggy de nous faire partager ainsi ton aventure vietnamienne !
    J’attends ton récit et tes photos chaque jour avec impatience.
    Voyage inoubliable, c’est vraiment bien choisi !
    Hanoï semble un endroit rêvé pour la photo de rue 😉
    Bonne route et à trééééés vite…
    Marylène

  2. Quel beau voyage que tu nous fais découvrir! c’est avec tes récits que l’on s’évade un peu dans ce monde sans artifices,sans calculs,un univers riche en émotion et culture.Merci,Peggy. de nous transmettre ces superbes photos.
    Myriam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *